PAROLES DE DEPORTES

Publié: 14 avril 2006 dans Poésie

PAROLES DE DEPORTES

 

À MA MÈRE

 

Écoute Maman, je vais te raconter
Écoute, il faut que tu comprennes

Lui et moi on n’a pas supporté

les livres qu’on brûlait

les gens qu’on humiliait

Et les bombes lancées

sur les enfants d’Espagne

Alors on a rêvé

de fraternité…

Écoute Maman, je vais te raconter,
Écoute, il faut que tu comprennes

Lui et moi on n’a pas supporté

les prisons et les camps

Ces gens qu’on torturait

et ceux qu’on fusillait

Et les petits-enfants

entassés dans les trains

Alors on a rêvé

de liberté.

Écoute Maman, je vais te raconter,
Écoute, il faut que tu comprennes

Lui et moi on n’a pas supporté

Alors on s’est battu

Alors on a perdu

Écoute Maman, il faut que tu comprennes
Écoute, ne pleure pas…

Demain sans doute ils vont nous tuer

c’est dur de mourir à vingt ans

Mais sous la neige germe le blé

et les pommiers déjà bourgeonnent

Ne pleure pas

Demain il fera beau

 

Gisèle GUILLEMONT
poème écrit à Fresnes, juillet 1943

 
 
"Paroles de déportés", Les Editions de l’atelier
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s