SOUVENIRS …CAMPS DE SEREILHAC (87)

Publié: 30 avril 2006 dans Histoire

MEMOIRE

Inauguration d’une stèle en souvenir du camp d’hébergement de Séreilhac (Haute-Vienne)

« On n’était pas malheureux… mais on était parqués»

Une pierre rappelle désormais l’existence, pendant la dernière guerre, du camp d’hébergement pour étrangers de Séreilhac.

Les soeurs Cajigal avaient cinq et six ans.

Elles se souviennent.

« On n’était pas malheureux. On allait chercher les oeufs et le lait à la ferme. On a été bien accueillis par les habitants du village… mais on n’avait pas la liberté de circuler ».

Marie – Jésus Cajigal est espagnole. Elle vit en France depuis plus de 60 ans, depuis ce jour de 1943 où elle est arrivée au camp d’Argelès avant d’être emmenée au camp de Rivesaltes et finalement ici, à Séreilhac. C’était dans ce champ de deux hectares où la seule trace visible est aujourd’hui un carré de béton, l’ancienne réserve d’eau du camp. Il y avait douze baraquements et un treizième qui servait de cuisine.

Quand elle regarde l’horizon, Marie – Jésus revoit les images défiler devant ses yeux. Sa maman, sa soeur, ses amis, une enfance volée, même si elle était trop jeune pour vraiment s’en rendre compte. Elle revoit ces dizaines de Polonais, Espagnols, Belges, Alsaciens, Lorrains… 45 personnes la première année puis 160 l’année suivante jusqu’à plus de 200 en 1945. Des inaptes au travail, des plus de 55 ans, des handicapés, des réfugiés politiques et, bien sûr, des juifs.

« J’essaie de ne penser qu’aux bonheurs que l’on a pu vivre. Il faut essayer d’oublier les mauvais moments… mais il faut aussi en garder la trace, insiste très émue Anne – Marie, la soeur de Marie – Jésus, pour que les jeunes ne connaissent jamais ces horreurs, qu’ils naissent et vivent libres et égaux et pas parqués comme des animaux ».

La rafle du 22 octobre.

Des camps de ce type, il en existait aussi à Nexon, Saint-Germain- les- Belles et Saint-Paul d’Eyjeaux mais il s’agissait de véritables camps d’internement pour les réfugiés politiques et les juifs, très surveillés par l’occupant. Comme à La Meyze, où étaient surtout accueillies des familles sans ressource. Séreilhac était davantage un camp d’hébergement, moins contrôlé… en théorie.

En théorie seulement, car, le 22 octobre 1943, les Allemands sont venus rafler 12 juifs qui ont rejoint un convoi partant de Limoges pour Auschwitz via Drancy, avec 1.200 personnes à bord. Plus de 900 ont péri dans les chambres à gaz, une centaine ont été embauchés d’office sur les chantiers de l’Atlantique. Il n’en est revenu que 29.

Le 7 mai de l’année suivante, ce sont une centaine d’Espagnols du camp de Séreilhac qui ont été emmenés pour rejoindre le contingent chargé de construire le Mur de l’Atlantique.

 

 Le printemps refleurira.

Anne-Marie Cajigal s’appelle aujourd’hui Lévèque, elle a été naturalisée française en épousant un Français, il y a plus de 50 ans. Elle est finalement restée vivre ici, malgré tout. Elle habite Limoges.

« On s’est adaptés. On a été accueillis chaleureusement… Il faut croire que c’était notre destinée ».

Devant la stèle qui marque pour la postérité l’emplacement du camp de Séreilhac, devant les habitants et les personnalités venus en nombre perpétuer cet indispensable devoir de mémoire, résonnent, les dernières paroles du magnifique « Chant des Marais », l’hymne de tous les déportés, comme un écho à l’histoire de Marie – Jésus et Anne – Marie !

 

« Mais, un jour, dans notre vie, le printemps refleurira

Liberté, Liberté chérie, je dirai : Tu es à moi.

Oh! Terre enfin libre où nous pourrons revivre

Aimer. Aimer. »

 

STÉPHANE MARMAIN

La Montagne Centre France du 30 avril 2006

Advertisements
commentaires
  1. balvvay Haillot dit :

    Je cherche le lien entre le camp de Séreilhac et les compagnies de travailleurs, devenues fin 1940 groupements de travailleurs étrangers. Mon père a peut-être été surveillant en janvier 41 d’une compagnie de travailleurs à Séreilhac ainsi que chef de chantier à Peyrat-le Château. je cherche des renseignements à ce sujet. merci d’avance

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s