UN HOMMAGE DU GOUVERNEMENT ESPAGNOL.

Publié: 30 avril 2006 dans Poésie
 

12/10/04 : La fête nationale espagnole n’a pas échappé, hier, à l’empreinte du nouveau gouvernement socialiste. Le jour de l’«hispanité», en référence à la date anniversaire de la découverte des Amériques par Christophe Colomb, le 12 octobre 1492, devait être marquée en effet par l’esprit de conciliation, cher au nouvel exécutif, élu le 14 mars dernier. Outre un hommage rendu aux 191 victimes des attentats du 11 mars, le gouvernement de gauche a voulu panser les plaies du passé. La cérémonie, dédiée aux combattants morts pour la patrie et célébrée par le roi Juan Carlos, s’est déroulée en présence d’anciens combattants républicains et franquistes. Une première depuis le retour à la démocratie qui a suscité une polémique.

Le gouvernement Zapatero a également imprimé sa marque au traditionnel défilé militaire. Pour illustrer le virage pro-européen de sa diplomatie, le gouvernement Zapatero avait invité un détachement français du bataillon d’infanterie de marine du Tchad à participer à la parade. Ils remplaçaient les marines américains, invités l’année précédente par le très atlantiste José Maria Aznar.

«La présence des Français est un hommage au 60e anniversaire de la libération de Paris, où participèrent des républicains espagnols engagés dans la 2e division blindée du général Leclerc», a commenté le ministre de la Défense espagnol, José Bono.

Diane Cambon

                               

 

© http://www.pce.es


A l’occasion de la fête nationale espagnole commémorant la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb en 1492, un détachement français a été invité à participer aux cérémonies du 12 octobre 2004. Le gouvernement espagnol voulait ainsi mettre à l’honneur cette année les soldats qui participèrent à la libération de la France en 1944. C’est tout naturellement que le Régiment de Marche du Tchad a été désigné pour cette mission.
La 9e Compagnie de ce régiment, la "nueve", était en effet composée en majorité d’Espagnols en 1944.
Ainsi les Marsouins de la 4e Compagnie du Capitaine Pierre, le drapeau et sa garde emmenés par le Colonel Ducret, chef de corps, ont atterri à Getafe, au sud de la capitale espagnole le jeudi 7 octobre. Les journées se sont succédées à un rythme régulier : répétitions, activités culturelles, et activités de cohésion. Les autorités locales leur ont réservé un accueil remarquable : ouverture spéciale du musée de l’armée, réception à la résidence de l’ambassadeur de France, déjeuner du chef de corps avec le ministre de la défense, etc.
Mais c’est surtout le défilé du 12 qui restera gravé dans les mémoires : deux kilomètres d’un boulevard digne des Champs Elysées bordé de tribunes combles, passage devant la famille régnante et le gouvernement. Mis à l’honneur selon le protocole espagnol, le détachement était placé en tête du défilé, immédiatement après la garde royale. LA cadence très rapide des Espagnols avait nécessité des heures d’entraînement, mais cela en valait vraiment la peine.
© L’Ancre d’Or n° 344 – janvier-février 2005

Publicités
commentaires
  1. Serge dit :

    Une vision optimiste qui prouve que l\’on peut dépasser les traumatismes de l\’histoire.
     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s